Jean Dujardin se confie sur Nathalie Péchalat

Héros du magazine « Elle », l’acteur revient sur ses rapports avec les femmes et plus précisément avec sa compagne.

Bien que cela soit rare, il arrive qu’un homme fasse la couverture du magazine Elle. Cette semaine, c’est Jean Dujardin qui a droit à ce privilège. Le comédien de 43 ans ouvre son coeur à l’occasion de la sortie du film Un homme à la hauteur, dont il partage l’affiche avec Virginie Efira. L’occasion de revenir sur son parcours depuis le fameux Oscar de The Artist, d’un point de vue professionnel mais aussi personnel. C’est ainsi qu’il livre quelques confidences bien dosées, non seulement sur ses enfants, mais aussi sur le couple qu’il forme avec la patineuse Nathalie Péchalat.


Après une allusion rapide à sa relation avec Alexandra Lamy, son ex-femme, il évoque l’amalgame médiatique entre leur séparation et le « trou d’air post-Oscar » qu’il a vécu, Jean Dujardin se livre un peu plu longuement sur son couple avec Nathalie Péchalat, mère de sa fille Jeanne, bientôt 4 mois. La jolie patineuse de 32 ans a dû apprendre à gérer la notoriété immense de son amoureux et le poids médiatique : « Ça la fatigue, mais elle est très solide heureusement. »

Jean Dujardin se montre plus loquace quand, pour rebondir sur le titre de son film, il réfléchit sur l’idée de se montrer à la hauteur : « Ma femme sera toujours ma compagne, ma pote. J’ai besoin d’être un homme pour elle, mais aussi de pouvoir pleurer. Pleurer sur l’épaule d’une femme, c’est une preuve d’amour. Et elle a le droit de me faire croire que je suis une homme en me disant par exemple : ‘Tu as de gros bras.' »

Sa rencontre avec Nathalie Péchalat

Au détour d’une question sur son rapport aux femmes, Jean Dujardin se souvient de la première fois où il a vu Nathalie Péchalat : « Je ne sais pas draguer, je me suis longtemps laissé faire, j’étais passif. Quand j’ai vu Nathalie, ma femme, à la télévision, je ne l’ai pas vue patiner mais parler, elle m’a charmé. Et à ce moment-là, j’ai choisi ma vie. Je me suis repris en main, je me suis demandé ce dont j’avais envie, où j’en étais et hop, j’ai foncé ! Prendre des décisions fortes et durables : c’est la seule manière pour moi d’être bien, parce que, alors, j’ai un socle. » Grand amoureux, il compare sa rencontre avec la sportive avec un film de Claude Lelouch, lui qui vient de tourner pour ce réalisateur (Un + Une) et qui tournera de nouveau avec lui : « Je sortais de cette phase où on disait trop de choses sur moi… Je suis parti la rejoindre à Tokyo [en 2014, NDLR]. Ça a été comme si je me mettais en scène dans ma vie amoureuse. Je me suis dit : ‘Je serai là pour cette femme, je vais la voir patiner, je vais m’intéresser au patinage !’ Pour un passionné de rugby, c’est une vraie preuve d’amour. »

Avec Nathalie Péchalat, il vit une relation sans conflit, car il ne les aime pas : « Ma femme est très pragmatique et moi aussi. Elle me dit : ‘On l’évalue à combien, cette dispute ? Rien ? Alors on l’évacue.’ Elle connaît bien les hommes, elle a le mental des sportifs de haut niveau et réussit à tout faire passer avec le sourire. »

« J’aime également l’idée de se re-draguer. »

L’étiquette de séducteur colle à la peau de Jean Dujardin, son film Les Infidèles, mal compris selon lui et son ami Gilles Lellouche, n’a pas aidé, mais comment le vrai Jean est-il au quotidien avec sa bien-aimée ? « Je n’ai pas besoin de causer tout le temps pour être bien avec elle. Ça signifie la confiance, l’honnêteté. J’aime également l’idée de se re-draguer. (…) Et il faut continuer de s’embrasser fougueusement. » Jean Dujardin va en tout cas séduire plus d’une lectrice avec cet entretien en toute sincérité.

Princesse

Intéressée par la vie des stars depuis des années. Suit leurs actualités par les journaux, télévision etc. Aime bien s'informer de tout et faire partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *